Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 avril 2021

Donc, ne plus relire Bernard Noël ?



"Je ne crois pas du tout à la mémoire. L’oubli est plus important que la mémoire.
Écrire, pour moi, c’est se mettre en relation avec l’oubli."

 

Mort ce mardi 13 avril 2021, après Tombeau pour cinq cent mille soldats de Pierre Guyotat, il écrivit Le château de Cène, livre tout aussi fou pour enfouir — ou peut-être plutôt pour faire resurgir ? — la guerre d'Algérie.

Qu'ai-je donc écrit de trop sage sur cette même guerre ?

vendredi, 02 avril 2021

Plossu

 

Agades-1975-1200x798.jpg

S'il n'y avait qu'une image ce serait
arpentant cette ruelle sahélienne
 cette Yseult et ce Tristan

 

samedi, 27 mars 2021

Parvenu à la quatre-vingt cinquième année

Ce 27 mars 2021,
     quand d'une Dame, s'interrogeant sur "à quelle heure déjà ?",

le 27 mars, au moins deux êtres ont, pour moi, modifié le réel, l'une en mourant en 2018, l'autre en naissant en 1936. Je fais quoi de constat ? Me dire peut-être que c'est à moi de choisir quelle modification je privilégie : la vie ou la mort ? l'absence ou la présence ? La réponse fluctue parfois sans mon consentement. Alors juste me dire que la vie est immanquablement le tissage des deux.

me parvient un si doux et tant douloureux constat, je ne puis que penser cette quinzaine d'années, et peut-être quelques-unes de plus, qui se dessinent à l'incertain horizon de ce beau et ultime printemps lointain.

17:02 Publié dans Les graves | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 09 mars 2021

pour l'accord de proximité

En ce lendemain de Journée Internationale des Femmes,
revenons donc à la règle latine de « l'accord de proximité » et délaissons définitivement et sans regret le précepte machiste des grammairiens du XVIIème siècle qui édictaient la règle que « le masculin l'emporte sur le féminin » et qu'au XXème, le bon Grévisse tentait de justifier en prétextant — mais y  croyait-il vraiment ? — que le masculin soulignerait « le genre indifférencié ».

Allons-y donc :
     Les hommes et les femmes sont belles.

Il peut s'écrire aussi que
     Les femmes et les hommes sont laids.

samedi, 13 février 2021

lors des jours sombres d'hiver

Aux parages de la mort.
Au janvier finissant, Athane, le compagnon d'adolescence si loin de ses rivages bretons et hier au plus froid, quand se seront dispersées les cendres du Conteur au gré des marées de l'Estuaire, iront et reviendront ses paroles — de Michel, demeurent son visage et ses mains immobiles dans l'insaisissable du plus jamais.

Ils furent voyageurs. Nos parcours se croisèrent et nous n'aurons donc point achevé le partage des paysages arpentés et de nos amitiés étrangères;

S'il n'y avait la paisible tendresse de la Compagne en ses octantes qui se prolongent, que ferait de moi la tristesse qui m'empoigne ?

17:11 Publié dans Les graves | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 08 février 2021

quand resurgit l'Exote

Avec la parution de ses œuvres en Pléiade, voilà resurgissant lors de la Pandémie, Victor SEGALEN, celui que je nomme depuis plus de cinquante ans "L'EXOTE".
 Depuis dix ans, j'étais en 1955, dans ses traces, un humble exote entre forêt tropicale Ivoirienne, palmeraies sahariennes et djebel aurèsiens.
Aux rives sud de la Méditerranée, quand déjà m'avait abandonné l'Absente, j'ouvris, non de lui, mais sur lui, un premier livre*.

                  ...Il faudrait retrouver ou recréer la sciences des Sites,
                  le savoir d'en découvrir, et le pouvoir d'en jouir pleinement.

De lui, succédèrent Stèles Peintures Équipée, avec un avant-propos de Pierre Jean Jouve, puis Les Immémoriaux, Odes suivies de Thibet,  ; et surtout, surtout son Essai sur l'exotisme**. Pierre Loti, les touristes y seront nommés
 « les Proxénètes de la Sensation du Divers".

Viendront enfin en 1995,dans la collection BOUQUINS de chez Robert Laffont, les deux tomes de ses Œuvres complètes, établies par Henry Bouillier, un "sorbonnard" émérite....

Vingt-six ans après, que vaudra l'édition de la Pléiade ?

Où est le sol, où est le site, où est le lieu, — le milieu,
Où est le pays promis à l'homme ?
....................................................
Le lieu de gloire et de savoir, le lieu d'aimer de connaître
—Où gît mon royaume Terrien ?

                                                    Thibet, XXI

 

 

 

* Jean-Louis Bédouin, Victor SEGALEN, Poètes d'aujourd'hui, Pierre Seghers éditeur, 1963.
  en septembre 1965, dans une librairie d'Annaba, Cours de la Révolution.

** Victor Segalen, Essai sur l'exotisme, Fata Morgana, 1978, repris en Biblio essais, n°4042, Le Livre de Poche, 1986.

 

vendredi, 01 janvier 2021

Au seuil de 2021

de Mathias ENARD

 

Mes amis me tiennent debout comme un arbre.

 

C'est mon souhait pour toutes et tous, lectrices et lecteurs de ce blogue.

 

                                                                     de Baden, au cœur de notre golfe.

 

 

jeudi, 31 décembre 2020

Achever l'an 2020

De  Xavier  GRALL

 

Cet aujourd'hui ne sait plus rêver 

cet aujourd'hui ne sait pas ce que veut dire le mot île

et le mot Feroë

 

Mon ilienne

en ce siècle mathématique 

technique

atomique

chimique

dis leur le poème de la mer

le prodige du matin

le miracle du vent

 

je ne suis pas de mon temps

je ne suis pas d'ici

j'appelle les beffrois au siècle des HLM

j'appelle les alezans au temps des carrossiers

et je veux les bourgs et les pommiers 

au temps des usines et des passages cloutés

 

cet aujourd'hui ne sait pas ce que veut dire le mot île

Cet aujourd'hui ne sait plus rêver

 

Je vous salue mes grands oiseaux 

qui couvez dans mon cœur des élans maritimes

 

                                                      tiré Du Rituel Breton

 

 

 

 

lundi, 21 décembre 2020

au Solstice d'hiver, lire les Apophtegmes du Lycosthènes et ses annotations

Ce lundi 21 décembre 2020, au Solstice d'hiver, donc, qui marque la remontée de la Lumière.

Plongée à nouveau dans l'aventure des Apophtegmes du Lycosthènes.
Pourquoi ? Comment ?

Au hasard d'une remise en ordre (?) de ma"librairie....

L'ami Étienne Ithurria s'engouffra dans une énigmatique aventure qui dès 1986 l'entraîna dans la lecture de cet aride traité en latin qui fut — c'était l'hypothèse hardie de l'ami — annoté par un "scripteur" qui ne serait autre que Michel Eyquem, "notre" Montaigne.

Étienne publia, dans les années 90, les savants décryptages de ces annotations.

Mais, à la lecture de ceux-ci, de vieux montaigniens aux fesses "engourdies" ne surent point trop sur quels thrônes"* poser leur cul.


Étienne a repoussé du pied le quai du port de Ciboure et franchi, le 6 septembre 2007 pour l'ultime fois, la passe de l'Illarguita vers le large.

Il était mon ami.

Depuis, quel épais silence alentour de ce qu'il nommait son "chantier" !

 

Post-scriptum :

Trois bouquins dans ma librairie* :

• Conrad Lycosthenes, APOPHTHEGMATA et son annotation manuscrite
     Tome I, Manuscrit,
     Tome II, Introduction et Transcription du manuscrit
     Édité par Étienne ITHURRIA,
Slatkine Reprints, Genève 1998.
(ISBN 2-05-101651-8)


• RENCONTRE, Du Lycosthenes aux Essais de Montaigne
   Étienne ITHURRIA,
Éditions InterUniversitaires, octobre 1999.
(ISBN 2-84564-003-X)

* Il nous les offrit, à Nicléane et moi, dédicacés en 2007, quelques mois avant qu'il ne largue..

lundi, 19 octobre 2020

jour pour jour , il y a soixante cinq ans

Et c'est par hasard qu'après une longue journée, ayant préparé  le jardin pour l'hiver et rassemblant les notes du blogue pour un livret sur CADOU,  cette note émerge...

Octobre 1955
Ce jour du 19 octobre, il a préparé sa belle cantine neuve, riche de toutes les rouilles et cabosses à venir ; la veille, il a peint avec soin, sur la tôle verte, son prénom, son nom, Ancenis d’où il part, Bongouanou où il va. Sa mère lui a, une fois encore, préparé son “trousseau” ; mais cette fois, ce n’est plus pour un trimestre de pensionnat, c’est pour trois ans d’Afrique.


Il part ! 
Il est au bord du rêve de l’enfant qui, dans les années d'après-guerre, arpentait le quai de la Fosse ! Joie paisible !


En cette fin d’été, il a la certitude du voyage ; il écrit encore des poèmes adolescents qui ressemblent à de faux poèmes de René Guy Cadou.
Il a des tristesses d’amours navrées qui s’atténuent en préparant ce départ.

 

L’attente a gravi les talus de bruyères
Où des ramiers furent massacrés
La lisière des songes était confondue
dans le lointain aux soleils d’argent
qui dévalaient le fleuve en crue
Il feuilleta des pages millénaires
et connut au bas d’un parchemin crissant
l’étape audacieuse que franchirait son front
Des rouliers dans la salle basse d’une auberge égarée
parlaient de chairs dévastées
au fond de moiteurs vertes
À l’avant des jours pressentis
il se souvint d’une ombre fugace
un matin de savane
qui s’enfonçait dans les herbes du vent

                                 

Demain sera la dernière nuit dans la chambre d’adolescence.

dimanche, 04 octobre 2020

pages du Monde et aquarelle

P1180302.JPG

ou quand les pages du journal LE MONDE, ayant été lues,
sont un excellent papier pour aquaréliser de jolis navets.

La peintresse étant Nicléane

vendredi, 25 septembre 2020

un ramassis de notes laissées en brouillon dans la trop grande paresse d'un blogueur estivant

De Christine de Pisan à Elfriede Jelinek, six siècles de féminitude se déploient.

« de femelle devins masle »

..................................

 

Dans le "relire de l'histoire coloniale"  — une heure trop brève, hier au Lieu Unique, avec l'historien, le philosophe et l'empêcheur de relire en rond : dans l'ordre, Pascal Blanchard, Souleymane Bachir Diagne et Gauz.

Je continue de relire la mienne histoire coloniale et ne sais encore par quel brin de laine en reprendre les écritures.

Dès qu'un Sollers paraît en poche, j'achète. Je poursuis donc l'emplissage de mon rayon "Sollers"*.
Et toujours je commence ma lecture du "dit" avec un mélange de réticence et d'allégresse. J'y guette les petites leçons de littérature de monsieur Sollers. J'y redoute les miroirs un peu trop narcissiques de monsieur Joyaux.
Le dernier acquis, c'est Le Nouveau

 

.......................................................

 

ZEUS femelle

....................................................

 

Vézère belle rivière !
Quand, à neuf cents mètres d'altitude, sur le plateau de Millevaches*, ayant plongé dans la tourbière du Longeyroux, aux sources spongieuses de la Vézère, y ayant admiré le voisinage — un quasi cousinage — de la commune bruyère violette — dite Erica Cinéréa — et de la callune rose pâle — dite Calluna Vulgaris — le voyageur âgé se surprend à rêver

 

 

 

........................................

Depuis huit jours, j'avais déchiré mes bottines

Aux cailloux des chemins. J'entrais à Charleroi.

— Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines

De beurre et du jambon qui fût à moitié froid.

Bienheureux, j'allongeai les jambes sous la table

Verte : je contemplai les sujets très naïfs

De la tapisserie. — Et ce fut adorable,

Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

— Celle-là, ce n'est pas un baiser qui l'épeure !
— 
Rieuse, m'apporta des tartines de beurre,

Du jambon tiède, dans un plat colorié,

Du jambon rose et blanc parfumé d'une gousse

D'ail, — et m'emplit la chope immense, avec sa mousse

Que dorait un rayon de soleil arriéré.

Arthur Rimbaud,
"Au Cabaret-Vert", dans le recueil Cahier de Douai

.................................................

 

 

Pour l'amour d'une Dame

             quand je veux toucher le los de celle

Qui est de notre siècle et la perle et la fleur,

Je sens revivre en moi cette antique chaleur,

Et mon esprit lassé prendre force nouvelle.



Bref, je suis tout changé, et si ne sais comment,

Comme on voit se changer la vierge en un moment,

À l’approcher du Dieu qui telle la fait être.



D’où vient cela, Jodelle ? il vient, comme je crois,

Du sujet, qui produit naïvement en moi

Ce que par art contraint les autres y font naître. 

CLXXX



la Soeur du Roy, l’unique Marguerite,

Me faisant plus d’honneur que n’estait mon mérite,

De son bel oeil divin mes vers favorisait.


VII


Quand cette belle fleur premièrement je vis,

Qui notre âge de fer de ses vertus redore,

Bien que sa grand’ valeur je ne connusse encore,

Si fus-je en la voyant de merveille ravi.



La venant à revoir, se dessilla les yeux
 


Ronsard...............................................

J’ai vu tout cela que Rome a de nouveau,

De rare, d’excellent, de superbe et de beau ;

Mais je n’y ai point vu encore si grand chose



Que cette Marguerite, où semble que les cieux,

Pour effacer l’honneur de tous les siècles vieux,

De leurs plus beaux présents ont l’excellence enclose.

CLXXXI




...................................................................



 

Ce que je quiers, Gournay, de cette sœur de roi,

Que j’honore, révère, admire comme toi,

C’est que de la louer sa bonté me dispense,



Puisqu’elle est de mes vers le plus louable objet ;

Car en louant, Gournay, si louable sujet,

Le los que je m’acquiers m’est trop grand’ récompense. 

CLXXXII

 

.................................

Clore ce bel été
quand au matin apparaît ORION en son suet

lundi, 03 août 2020

l'homme aux pirates

 

 

G. Lapougr.jpgPendant Ouvrez les guillemets,
lors d'Apostrophes, pour moi, Pivot pouvait aller se rhabiller.
Cet homme-là, homme aux pirates, était cette liberté de penser, de voyager, qui me tenait éveillé.

Gilles Lapouge
est mort en cet août 2020. Ses mots sont vivants. Et même ceux qu'il empruntait comme exergues — les tristes puristes, disent épigraphes — pour annoncer ses chapitres de piraterie étaient de puissantes saveurs.

 

Shakespeare

Dieu tout-puissant ! Il y a  dans toute chose mauvaise une essence de bien pour les hommes qui savent la distiller.

Saint-John Perse

Pour nous le libre lieu de mer, non ce versant de l'homme usuel  aveuglé d'astres domestiques.

Voltaire

Votre Excellence m'excusera, dit Pangloss; la liberté peut subsister avec la nécessité absolue; car il était nécessaire que nous fussions libres; car enfin la volonté déterminée...

Baudelaire

Étonnants voyageurs! Quelles nobles histoires!
Nous lisons dans vos yeux profonds comme les mers!

William Faulkner

Mais avez-vous la prétention de me dire exactement quelle est la proportion du mal dans l'apparence du mal...

Henri Michaux

Et moi, je me suis contenté de l'Équateur.

Paul Claudel

Tout ce que le cœur désire peut toujours se réduire à la figure de l'eau.

L'Apocalypse

Bientôt ce sera la fin de tout; et il y aura un nouveau ciel et une nouvelle terre.

Arthur Rimbaud

Elle est retrouvée.
Quoi? — L'Éternité.
C'est la mer allée avec le soleil.

 

Et

Sseu-Ma-Ts'ien, Roland Barthes, Samuel Beckett, Franz Kafka, Claude Lévi-Strauss, Robinson Crusoé, Jean Genet, Rabelais, Xénophon, Jacques Lacan et... et.......                                                            

Ces lignes dernières :

De leurs repaires désertés nous reviennent les échos du vide : ils nous parlent  du goût de néant, du goût d'éternité qui dévasta jadis quelques cœurs détestables ou généreux — inconsolés.*

 

* Gilles Lapouge, les pirates, Balland, 1969.

En merci à Angèle Paoli
de Terres de femmes
qui sur Twiter fait signe
pour ce qui donne sens
.

jeudi, 23 juillet 2020

égaré dans des espaces et temps choisis

 

Lascaux

il y a vingt mille ans

Dac' - 1 (6).jpg

Sappho

Il  y a deux mille six cents ans, soit deux mille neuf cents ans après l'invention de l'Écriture et dix-sept mille quatre cents ans après les premières gravures de Lascaux, ses chevaux, ses aurochs, ses cerfs et ses biches, ses bisons, sa licorne, son premier oiseau et... un homme

 

L'enfant d'Ingolstadt*

il y a quinze jours, soit deux cents siècles et vingt ans après Lascaux, vingt-six siècles, vingt ans, six mois et vingt-cinq jours après les poèmes de Sappho et sa voix de miel, μελιφονος.

Quignard, par delà Sappho, y écrit :

"Nous savons ce que les hommes de l'origine voyaient dans l'ombre des parois - et que les charbons de leurs flambeaux complétaient spontanément en avançant dans la nuit. C'étaient rarement des hommes...                        
À vrai dire leurs mains signaient des ombres de fauves. Assertaient des désirs ou des peurs, ou des faims, ou des ersatz..."

au delà  en deçà par delà 

contempler   traduire    lire   rêver 

 

 * Dernier royaume X, Pascal Quignard, folio/Gallimard, juin 2020

samedi, 11 juillet 2020

ce serait peut-être temps de...

Pub - ALGÉRIENNE(S).pdf

 

Cliquez.

MAIS CLIQUEZ DONC.