Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 octobre 2019

en divaguant dans des bouquins sur René CHAR

depuis plus de soixante ans
tentant d'appréhender tant de pans obscurs...
et jamais las

 

Le livre ouvert sur les genoux d'Artine était seulement lisible les jours sombres.

Artine (1930)

Seuls aux fenêtres des fleuves
Les grands visages éclairés
Rêvent qu'il n'y a rien de périssable
Dans leur paysage carnassier

Les conservateurs et les rêveurs
Poèmes militants

cités par Jean-Claude Mathieu dans La Poésie de René Char ou le sel de la splendeur

 

O tué sans entrailles !
Tué par celle qui fut tout et, réconciliée,  se meurt ;
Lui, danseur d'abîme, esprit toujours à naître,
Oiseau et fruit pervers des magies cruellement sauvé

Lascaux
I Homme-oiseau mort et bison mourant
La Paroi et la Prairie

cité par Éric Marty dans René CHAR, Les Contemporains

 

Qui prête au bienveillant les rumeurs de l'hostile ?
À l'irréfléchi, le destin du mutiné ?
L'inhumain ne s'est pas servilement converti
Au comptoir des morts enchantés.

 

Hors de toi, que ma chair devienne la voile
qui répugne au vent.

cités par Paul Veyne dans René Char en ses poèmes

 

Seule des autres pierres, la pierre du torrent a le contour rêveur
du visage enfin rendu.

Le nu perdu

cité par Christine Dupouy dans  René CHAR

 

Hypothétique lecteur
Mon confident désœuvré
Qui a partagé ma panique
Quand la bêche s'est refusée à mordre le lin
Puisse un mirage d'abreuvoirs sur l'atlas des déserts
Aggraver ton désir de prendre congé

Confronts
Poèmes militants

cité par Philippe Castellin dans René Char, Traces

 

Avec mes dents
J'ai pris la vie
Sur le couteau de ma jeunesse.
Avec mes lèvres aujourd'hui,
Avec mes lèvres seulement...

Jeu muet
Dans la pluie giboyeuse

cité par Danièle Leclair dans René Char, Là où brûle la poésie

 

 

Salut à celui qui marche en sûreté, à mes côtés, au terme du poème.
Il passera demain DEBOUT sous le vent.

cité par Georges Mounin
dans La Communication poétique
précédé de
Avez-vous lu Char ?

 

S'il n'y avait qu'un bouquin à lire pour être accompagné dans le poème de René Char...
ce serait ce dernier.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

                                                                                                                                                                                                                                                       

 

mardi, 08 octobre 2019

une aurore automnale

Vallauris, une fin de septembre, j'ouvre la fenêtre pour aérer une insomnie matinale.
Et là, inattendue, la constellation d'ORION en gloire dans le plein sud  : ma constellation la plus rêveuse depuis les nuits d'adolescence dans l'amitié troublante du "prince aux cheveux de blé".

ORION, celle qui, pour moi, inaugure.

Dans quelques jours, un atelier autour de René Char, aux Chantiers.
Au bout de plus de soixante-cinq ans de fréquentation solitaire avec les mots de cet homme, si j'excepte les quelques lectures que je fis à l'Autre, aux autres, dans le labeur ou le bonheur de ses textes, que serai-je ? Un passant attentif, un auditeur émerveillé, un étudiant studieux, un critique actif, douze jours durant.
Ou fuirai-je dès la fin du premier jour ? ou le jour suivant ?

ORION est là dans l'encadrement d'une fenêtre méditerranéenne et me reviennent les lectures ardues, arides, dans l'obscur d'AROMATES chasseurs.

J'ouvre le livre : un préambule qui nomme deux espaces : le premier espace intime où jouaient notre imagination et nos sentiments; le second, l'espace circulaire du monde concret. Et puis, d'une évidence héraclitéenne chez Char, le surgissement d'un troisième espace en chemin, hors du trajet des deux autres ? Révolution d'Orion resurgi parmi nous. Le premier texte : 

ÉVADÉ D'ARCHIPEL

Orion
Pigmenté d'infini et de soif terrestre,
N'épointant plus sa flèche à la faucille ancienne,
Les traits noircis par le fer calciné,
Le pied toujours prompt, à éviter la faille,
Se plut avec nous
Et resta.

Chuchotement parmi les étoiles.

 

Et Char de proposer pour chacun des sept textes suivants, des épigraphe, curieusement situées à droite de la page, qui figurent comme un parcours rêveur de la planisphère céleste que peut-être fit le poète en rapprochant ou éloignant Orion des constellations qui sont autant de symboles évoquant le mythe grec d'Orion, le grand et beau chasseur, ses liens et ses combats, ses gloires et ses défaites.

Orion au Taureau
Orion à la Licorne
Orion s'éprend de la Polaire
Passage des Gémeaux
Orion traverse à la nage l'Éridan et connaît l'Hydre
Céphée à Orion
Retour d'Orion à la terre des lombes

 

À la charge du lecteur de lier l'épigraphe et le poème !

 

mardi, 13 août 2019

apprendre le plateau de Millevaches

à Mau, vieux compagnon
d'errances marines
à Sylvie, sa compagne
qui partage si bien sa passion d'herboriser

Milevaccua.JPG


Quand, à neuf cents mètres d'altitude, sur le plateau de Millevaches*, ayant plongé dans la tourbière du Longeyroux, aux sources spongieuses de la Vézère, y ayant admiré le voisinage — un quasi cousinage — de la commune bruyère violette — dite Erica Cinéréa — et de la callune rose pâle — dite Calluna Vulgaris — le voyageur âgé se surprend à rêver d'un mouillage à Houat, sur Tréac'h Salus... afin d'y respirer, à la tombée du jour, l'odorante Immortelle des dunes — dite Helichrysum stoechas.

Er Salus 2.jpeg
                                                                                                   © Nicléane

 

*Millevaches : au diable l'histoire d'un troupeau de bovins abandonné à Satan par une paysanne effarée par l'orage, retour à une étymologie branlante entre latin ou gallo-romain qui évoque par ce "melo vaccua" un espace vide ou un millier de riens ou quand s'y ajoute une origine celte, "mille batz", les mille sources.

mardi, 23 juillet 2019

dans la volière sauvage de René Char

 

 

Sur la motte la plus basse, un bouvreuil... Sa gorge a la couleur de la lune d'avril. Il était pour partir quand je suis arrivé.

Se rencontrer paysage
avec Joseph Sima

II, un jour entier sans controverse
Fenêtres dormantes et porte sur le toit.*

 

 

Relisant CHAR depuis combien d'années ?

 

*René CHAR, Fenêtres dormantes et porte sur le toit, Gallimard, 1979.

 

 

vendredi, 12 juillet 2019

Ha-Huka, un Homme et son arboretum

Décidément, l'année 1999 n'est pas terminée.
Quand une visite à l'expo de la semaine dernière "La Mer en XXL" me ramène à Ua-Huka.

Il y avait un stand sur l'Océanie avec une superbe carte jusqu'aux côtes américaines et une île minuscule non identifiée dans l'est du Mexique. À haute voix, je m'étonne que Clipperton — c'est d'elle qu'il s'agit — n'est point été nommée.

À côté de moi, une dame s'exclame et, tout de go, me questionne. Brièvement, je lui narre ma navigation "Pacifique" d'il y a vingt ans...
Et nous voilà à nous entretenir de Ua-Huka et de son arboretum, de notre rencontre avec Nicolas, cet homme qui Nicolas.jpgl'a créée.
Elle est... du coin. Elle a un certain âge, le teint cuivré d'une Océanienne. Elle est chaleureuse.

Elle me rassure : « Nicolas est toujours bien vivant. c'est sa fille qui a gère l'arboretum qu'il a beaucoup, beaucoup — elle insiste —développé au point qu'il est devenu la référence océanique pour la sauvegarde et le renouvellement de la végétation du Pacifique. »
Me souviens bien qu'il nous avait dit avoir fait le tour du Pacifique Sud jusqu'aux Amériques pour collationner arbres et plantes et créer cet arboretum.

J'ai pensé tout de suite que je me devais d'en informer mes deux compagnons, en reprenant une page de mon blogue écrit en 2007 et qui, déjà, leur était dédiée.

http://grapheus.hautetfort.com/archive/2007/10/20/nostagiedesmarquises.html#comments

Pour moi, une de mes plus fortes rencontres, comme celles, tout aussi rares, que j'avais pu faire, jadis et naguère, de ces quelques femmes et quelques hommes qui luttaient pour la vie de leur Terre,  en Côte d'Ivoire, en Algérie, au Sénégal.

samedi, 25 mai 2019

Pacifique XII - Quatre ciels pour conclure

Entre les 120° et  90° méridiens Ouest
Entre les parallèles 20° Sud et 20° Nord

 

Quarante-huit jours durant, cette alternance de ciels qui pourront paraître des clichés, mais qui sont le réel des situations météorologiques, vécues le long de cet Équateur Pacifique,
il y a vingt ans,
entre le 25 février et le 14 mars 1999.

 

Pacif3004.jpg

Pacif1001.jpg

Pacif4005.jpg

Pacif2003.jpg

 

Manquent ! Manquent les splendeurs nocturnes de la voûte étoilée, quasi inégalées hors les nuits de saison sèche en Moronou et les nuits estivales de Biskra au pied des Aurès.

La majesté ondulante de la constellation du SCORPION face à la rigueur géométrique d'ORION.

 

 

* L'étoile Polaire et la Croix du Sud ne sont que des banalités astronomiques, certes utiles aux navigateurs. Elles guident mais ne font point rêver !

 

 

 

 

 

mardi, 21 mai 2019

Caribean Sea — VI Fort-de-France

 

Le vendredi 21 mai 1999, à 00H30 heure locale
par 14°36,0 Nord et 61°04,20 Ouest

Ancre mouillée en baie de Fort-de-France.

Le périple s'achève.

lundi, 20 mai 2019

Caribean Sea — V

 

Le jeudi 20 mai 1999, à 12 h 00 heure locale
par 14°28,30 Nord et 62°25,50 Ouest

À 75 mn... de Fort-de-France.
Y serons-nous dans la nuit ?

samedi, 18 mai 2019

Caribean Sea - entre le 16 et le 20 mai 1999

Ultimes événements
des 500 derniers milles

De Mathieu

Départ sous le vent de l'île où nous repérons un kitesurfer qui se fait embarqué au large.
En annexe, nous nous approchons de lui et lui demandons de monter à bord ce qu'il refuse de faire. Xavier s’énerve et avertit les gardes-côtes.
Un bateau moteur vient vers nous avec à son bord des personnes qui ont clairement abusé de produits illicites colombiens.
Je me souviens d'un mec avec un casque allemand complètement en vrac. Ils nous demandent si nous avons vu un gars en kitsurf. Nous leur indiquons une route sachant que nous avons perdu le mec de vue.
Est-il arrivé jusqu'en Colombie? A-t-il été mangé par les requins? Les mecs l'ont-ils retrouvé?

Et l'odeur de la terre pour la dernière fois !

 

De Xavier

Après un dilemme écologique : fallait-il mieux les laisser sombrer et se dégrader par 4000 m de fond ou les confier à l'improbable processus de valorisation des déchet d'une île caribéenne (fusse-t-elle un département français !) nous avions jeté la veille nos deux gros bidons orange de réserve de gasoil complémentaire qui étaient et ne nous seraient plus utile d'ici la Martinique.
Dans les heures qui ont suivi et probablement sans lien de cause à effet nous avions été survolés par un avion. Puis un navire de la marine américaine est apparu dans notre arrière droit à 16 miles suivant notre radar.
Au petit matin il a appelé à la radio. Mathieu est venu me réveiller. La marine américaine me demandait de décliner l'identité du navire et son dernier port de passage. Ils voulaient probablement savoir si nous avions accosté les côtes colombiennes.
Je leur ai dit que nous venions directement de Colòn. Et après quelques heures à nous suivre encore (peut-être le temps de vérifier mes dires), ils ont disparu à l'horizon... 

 

De Jacques

Ce n'est plus l'impatience du quai. C'est l'impatience d'autres quais.

jeudi, 16 mai 2019

Caribean Sea — IV


Le dimanche 16 mai 1999

par 12°34,19 Nord, 70°03,35 Ouest

Depuis deux jours, au mouillage sur ancre en baie de Paradera,
dans le noroît d'Aruba.
L'alizé d'est  a soufflé à 30 nœuds.
Au soir du 16, il est enfin calmé.

Nous appareillons vers 19 heures.
Paré le phare de California, cap à l'ENE sur la Martinique à 530 mn.
Au moteur, dans la moiteur tropicale.

Adieu les rêves pirates de Maracaïbo !

 

mardi, 14 mai 2019

Caribean Sea — III

 

le jeudi 13 mai 1999
fin d'après-midi
, au large du golfe de Maracaïbo
par 12°31,01 Nord, 70°02,20 Ouest

entre les digues du port d'Oranjestad
ARUBA, Antilles Néerlandaises.

                

 

dimanche, 12 mai 2019

Caribean Sea — II

 

 

Le mercredi 12 mai 1999
à 15h00 heure locale
par 12°28,09 Nord, 71°00,00 Ouest

 

Arrondie la pointe de la Gallina à l'extrémité NE de la Colombie, signalée par son phare.
Plus de 500 mn depuis Colòn.

jeudi, 09 mai 2019

Caribean Sea — I

 

Le dimanche 9 mai 1999
à 12 h00 heure locale
par 09°23,49 Nord, 79°54,54 Ouest

En rade de Colòn, on lève l'ancre. Pluie et grains depuis la veille.

Passe de Cristobal
par 09°22,53 Nord, 79°53,47 Ouest

Décision de longer la côte Colombienne, sans y faire escale.

Passe de Cristobal.jpg

lundi, 06 mai 2019

Panama, Ô mon canal !

Franchies les deux écluses montantes de Miraflorès, la troisième, à un mille, sera celle de Pedro Miguel.

Puis la longue tranchée de Culébra taillée dans la montagne au début du XXe siècle, au prix de plusieurs milliers de morts, le Rio Chagrès et le lac Gatun : Plus de 35 milles nautiques jusqu'aux écluses descendantes de Gatun.

Nous entrerons dans l'écluse et serons mis à couple d'un énorme semi-rigide panaméen.

Gatun 1005.jpg

Et ce que, dans Miraflorès, nous avions devant, sera dans la descendante de Gatun sur notre arrière, et plus impressionnant !

Gatun 1004.jpg

À 18 heures, nous serons, versant Atlantique,
par 09°16,57 Nord et 79°55,14 Ouest,
à 7 milles nautiques de la passe de Cristobal qui nous ouvrira, quelques jours plus tard, la mer des Caraïbes.

 

L'Adieu au Pacifique — VI

 

Le jeudi 6 mai 1999,
à  9 h00 heure locale
mouillage de Balboa

Embarquent à bord l'officier-pilote panaméen et 2 lamaneurs, père et fils.
Ancre relevée, nous gagnons l'entrée de la double écluse de Miraflorès, précédés d'un cargo et suivis d'un yacht américain de 20 mètres de long, assisté d'un officier-pilote, américain lui aussi —  la Compagnie du Canal étant encore cogérée par les États-Unis et l'État Panaméen. Ils se mettront à couple de notre catamaran.

S'éloigne le Pont des Amériques qui, à 'époque, est encore le seul pont franchissant le Canal et reliant les deux Amériques.

Pont Amériques002.jpg

Millaflorès 1002.jpg

Se referme la Porte du Pacifique.

Millaflorès 1003.jpg

Nous sommes alors
par 8°59,27 Nord et 79°35,06 Ouest.