Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 janvier 2017

le "Vendée Globe" n'est plus ce qu'il fut ?

Mais si, tant que l'homme, sur une coque, des voiles, une barre et sa jugeotte, le soleil et les étoiles, circumnaviguera !

 

Pendant notre séjour à l'embouchure du fleuve, nous ne vîmes qu'une fois la tramontane, qui nous parut très basse à l'horizon ; aussi nous ne pûmes la voir que par temps clair et serein et encore nous apparut-elle à la hauteur d'une lance au-dessus de la mer. Nous vîmes également six étoiles basses sur la mer, grandes, lumineuses et brillantes, qui nous servirent de repères. Il nous sembla reconnaître le chariot austral, mais nous ne pûmes apercevoir l'étoile principale, ce qui ne se pouvait raisonnablement, sans perdre la tramontane.

Alvise Ca'da Mosto
Voyages en Afrique Noire
Première navigation 1455
Éditions Chandeigne



Lundi 3 octobre audit an, à l’heure de minuit, nous fîmes voile en tirant à la volte d’auster, que les mariniers de Levant appellent siroc, nous engoulfant en la mer océane. Nous passâmes le cap Vert et les îles circonvoisines de 14°30’...
En cette manière, nous naviguâmes pleuvant l’espace de soixante jours jusqu’à la ligne équinoxiale, qui fut chose fort étrange et non accoutumée de voir, selon le dit des vielles gens et de ceux qui y avaient navigué plusieurs fois. Toutefois, avant de joindre à cette ligne équinoxiale, en 14° nous eûmes diversité et mauvais temps, tant pour les groupades que par le vent et les courants d’eau qui nous vinrent par devant, en telle manière que nous ne pouvions aller plus avant.
Durant ces fortunes, le corps de saint Anselme s’apparut à nous plusieurs fois ; et entre les autres, une nuit qui était fort obscure à l’occasion du mauvais temps, ledit saint s’apparut en forme de feu allumé au plus haut de la grande gabbe, et demeura là plus de deux heures et demie, ce qui nous réconforta tous.

Antonio Pigafetta,
Le voyage de Magellan (1519-1522),

Navigation & découvrement de la Indie supérieure 

Éditions Chandeigne


Ils quittèrent le Cap-Vert le 16 mars au matin. La chaleur était de plus en plus lourde et étouffante. Le vendredi-saint après-midi, le ciel devint tout noir et ils eurent un gros orage tropical avec des éclairs et du tonnerre.
Le 16 avril à midi, après avoir relevé la hauteur du soleil, le pilote arbora un large sourire et annonça que, si Éole ne les lâchait pas, ils passeraient la ligne le lendemain. Les anciens de cette route se lancèrent alors activement dans de mystérieux conciliabules et des préparatifs dont les néophytes du parcours étaient soigneusement écartés. Le lendemain, le vent les abandonna, d’après le pilote juste sur la ligne. C’est donc par une très forte chaleur sans un souffle d’air et sur une mer plate comme une crêpe de blé noir du Faouët que se déroula la cérémonie du baptême.

J.D. de Certaines,  
Fricambault

Éditions Liv’édition



Jusqu’au 15 avril (1783), époque où nous coupâmes l’équateur par 17° de longitude, un beau ciel, une mer paisible, un temps serein, tout favorisa notre marche ; nous n’éprouvâmes même pas les calmes qui règnent ordinairement dans ces parages ; aussitôt nous eûmes dépassé la ligne, la fortune nous présagea ses rigueurs. »

Capitaine Péron

Mémoires, 

Éditions La Découvrance


Dans la nuit du 14 au 15 novembre (1791), par 18°30’ de longitude à l’occident de Paris, l’effet en a été remarquable au moment où un orage qui paraissait devoir être très-violent, commença d’éclater. Toute la partie de la mer qui était agitée par le vent jetait une lumière resplendissante et formait une nappe de feu qui s’approcha du vaisseau avec l’orage, et qui bientôt l’environna de toutes parts. L’éclat de cette lumière ne fut pas de longue durée ; mais le sillage du vaisseau, ainsi que les traces des poissons qui nageaient le long du bord, furent très-brillants toute la nuit ; en général, son éclat m’a paru toujours plus vif par un temps orageux, lorsque l’atmosphère est chargée de fluide électrique, que dans les circonstances où elle en contient en moins grande quantité.

Éd. Goepp & E.-L. Cordier  

Les grands hommes de la France, les Navigateurs

Journal de bord de Bruny d’Entrecasteaux
Éditions P. Ducrocq



Des vents favorables nous permirent de couper le tropique du Cancer le 25 brumaire, puis de doubler les îles du Cap-Vert le 28. Ensuite les calmes de l’équateur ralentirent notre course avec opiniâtreté. Nous fûmes immobilisés pendant d’interminables semaines, navires étales sur la surface lisse et argentée de la mer, attendant un souffle qui nous eût permis d’avancer en étarquant toutes les voiles. Mais rien. Rien qu’un balancement imperceptible, la voilure inerte le long des mâts et des matelots trébuchant sur les cordages comme des somnambules. Partout un bleu éblouissant qui semblait avoir absorbé pour toujours les nuages du ciel et la houle de l’océan. Comme d’Entrecasteaux neuf ans auparavant

Muriel Proust de la Gironière,
Nicolas Baudin,
marin et explorateur ou le mirage de l’Australie 
Éditions du Gerfaud

 

 

 

Emprunt de quelques citations au site officiel du Vendée Globe
dans la rubrique Actualité, "Un jour, un livre",
présenté par un certain DBo,
amassant ainsi une fort belle bibliographie maritime,
rubrique quasi aussi passionnante à suivre

que la régate elle-même.

Écrire un commentaire