Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 juillet 2016

larguées les amarres

Quand s'éloignent Artaud et les grandes sécheresses de la folie et des souffrances.


Pour quelques nuits de mer .

 Là nous allions, de houle en houle, sur les degrés de l'Ouest.
Et la nuit embaumait les sels noirs
de la terre,
dès la sortie des Villes vers les pailles,

parmi la chair tavelée des femmes de plein air.
Et
les femmes étaient grandes, au goût de seigles
et
d'agrumes et de froment moulé à l'image de leur
corps.

Saint-John Perse,
Vents II

 

D'Artaud à Perse, la langue a-t-elle jamais fait un aussi grand écart ?

Écrire un commentaire